Formulaire de contact

Formulaire de contact (Conditions : Gaz, d'électricité, téléphone)

Contactdata/ Intérêt général (Contact-Flap)
Quel est votre intérêt ?
Product-Section (Contact-Flap)
Informations sur l'alimentation en gaz (Options des clapets de contact)
Votre consommation annuelle
Vos sites
Informations sur l'alimentation électrique (Options des volets de contact)
Votre consommation annuelle d'électricité
Vos sites
Submit (Contact-Flap)
Résolvez l'exercice de calcul et inscrivez le résultat ici dans le cadre.

La Suisse: plate-forme idéale pour le développement des véhicules électriques en Europe

Avec une production indigène quasi exempte de CO2, l'électricité suisse offre une solution efficace pour atteindre les objectifs climatiques du pays, en particulier dans le secteur des transports. Selon une étude menée par Alpiq, la pénétration de 15 % des véhicules électriques en 2020 permettrait de diminuer de près de 10% les émissions de CO2 du trafic routier privé. De par la qualité de son mix électrique et la densité de son parc automobile, la Suisse représente un marché idéal pour le déploiement des véhicules électriques en Europe.

Suite au partenariat conclu en décembre dernier avec l'Alliance Renault-Nissan, Alpiq a mené une étude sur le développement des véhicules électriques privés en Suisse à l'horizon 2020. Cette vision a été présentée aux "Zero Emission Mobility Workshops" organisés les 20 et 21 juillet par Nissan Europe à Rolle.

Une production électrique suisse quasi exempte de CO2

En matière de politique climatique, la Suisse vise une réduction de 20% des émissions de C02 en 2020 (année de référence : 1990). Pour atteindre ce but, l'électricité – à 55% hydraulique et à 40% nucléaire – a un rôle important à jouer dans l'amélioration de l'efficacité énergétique des deux principaux émetteurs de CO2 du pays, soit la production de chaleur (combustibles : 54 %) et les transports (carburants : 44%).

Vision 2020 d'Alpiq : 15% de véhicules électriques en Suisse

Selon l'étude menée par Alpiq, si 15% des véhicules privés suisses, soit 720'000 unités, étaient remplacés par des modèles électriques, les émissions de CO2 de l'ensemble du trafic routier national diminuerait de près de 10 %, soit de 1,2 millions de tonnes par an. La réalisation de cette vision devra reposer sur des conditions-cadres favorisant la pénétration de ces véhicules sur le marché Suisse. Pour Giovanni Leonardi, CEO d'Alpiq, "La vision d'Alpiq ne pourra se concrétiser qu'au travers d'une coalition d'intérêts réunissant les principaux acteurs politiques et économiques du pays, dont notamment les quelque 900 distributeurs suisses.".

La Suisse : marché idéal pour le déploiement de la mobilité électrique

Le parc automobile suisse est l'un des plus denses au monde. Avec une consommation de carburant élevée, les véhicules suisse émettent plus de CO2 que la moyenne de l'Union européenne (180g C02/km pour le parc suisse contre 160g C02/km pour le parc européen). Dans la mesure où la production d'électricité suisse ne génère quasiment pas de CO2, le pays dispose d'un important levier pour agir en faveur du climat. La fiabilité du réseau de distribution électrique suisse, l'absence d'un constructeur automobile sur ce marché, ainsi que les courtes distances parcourues en moyenne, font de la Suisse une plate-forme idéale pour l'introduction des véhicules électriques en Europe.