Formulaire de contact

Formulaire de contact (Conditions : Gaz, d'électricité, téléphone)

Contactdata/ Intérêt général (Contact-Flap)
Quel est votre intérêt ?
Product-Section (Contact-Flap)
Informations sur l'alimentation en gaz (Options des clapets de contact)
Votre consommation annuelle
Vos sites
Informations sur l'alimentation électrique (Options des volets de contact)
Votre consommation annuelle d'électricité
Vos sites
Submit (Contact-Flap)
Résolvez l'exercice de calcul et inscrivez le résultat ici dans le cadre.

Des moutons pour entretenir les espaces naturels

Quinze moutons roux du Valais broutent régulièrement près de la centrale au fil de l’eau de Ruppoldingen. Pour entretenir les espaces naturels le long du canal, Alpiq recourt à des animaux plutôt qu’à des machines. Les moutons broutent quasiment tous les types de plantes, notamment les ronces et les néophytes invasives. Ils permettent ainsi de préserver la biodiversité.

Long de plus d’un kilomètre, le canal de contournement de la centrale au fil de l’eau de Ruppoldingen est un paysage unique. Zones graveleuses, végétation pionnière et forêts alluviales se succèdent. Pour entretenir ces espaces naturels, Alpiq recourt à une quinzaine de moutons roux du Valais plutôt qu’à des machines. Les moutons sont sur les lieux par périodes de cinq semaines. Ils se nourrissent des plantes envahissantes qui prolifèrent au détriment des autres espèces végétales. S’ils sont particulièrement friands des orties et des ronces, ils broutent aussi des plantes problématiques, telles que des néophytes ou des roseaux.

Le mouton roux du Valais est une race idéale pour la centrale de Ruppoldingen. Ils entretiennent les berges, les broussailles, les zones naturelles protégées et les zones humides dans le respect de l’environnement et en silence. Là où les machines fauchent tout sans distinction, les quadrupèdes créent des structures vitales pour les insectes et les micro-organismes. Ils repoussent les plantes envahissantes et préservent la biodiversité. Le mouton roux du Valais fait partie des races animales menacées de disparition (ProSpecieRara). Les races anciennes ont l’avantage d’être robustes et authentiques. A bien des égards, elles sont semblables aux espèces sauvages et se contentent de fourrage grossier.

La centrale de Ruppoldingen recourt à ces animaux depuis environ trois ans. « Le buddleja, la verge d’or et la ronce d’Arménie, en particulier, nous posent problème », explique Roland von Arx, responsable de l’environnement chez Alpiq Hydro Aare AG. Comme les plantes épineuses et les tiges ligneuses figurent aussi au menu du mouton roux du Valais, il était prédestiné à cette tâche. L’hiver prochain, Roland von Arx confiera d’ailleurs deux nouvelles missions de pâturage au troupeau. L’action est en partie financée par le fonds écologique d’Alpiq.