EN |DE |FR |IT
Alpiq en: Europe
Sites Internet

Services énergétiques

Groupe Alpiq InTec

Groupe Kraftanlagen

Réponses à quatre questions sur le prix de l'électricité en quelques mots

Impossible d'imaginer la vie sans électricité. L'électricité est synonyme de prospérité et de sécurité, mais elle a aussi un prix. Découvrez comment celui-ci est déterminé.

  • Pourquoi l'électricité n'a-t-elle pas de prix unique?
  • Comment évolue le prix de l'électricité?
  • De quoi se compose le prix de l'électricité ?
  • Quels sont les effets du marché libre de l'électricité sur les prix?

1. Pourquoi l'électricité n'a-t-elle pas de prix unique?

A la différence de l'essence, par exemple, il n'existe pas en Suisse de prix unique pour l'électricité. Son prix peut varier jusqu'à hauteur de 50 % en fonction de la région et de la catégorie de client. En effet, en fonction du fournisseur, il existe des différences régionales, topographiques et fiscales, mais aussi une absence d'ouverture du marché pour les consommateurs de moins de 100 000 kWh par an. C'est un paramètre à prendre en compte lorsqu'on évoque le prix moyen.


2. Comment évolue le prix de l'électricité?

Selon l'ElCom, en 2016, les particuliers payent 20,6 ct./kWh. La facture d'électricité annuelle d'un foyer moyen, dont la consommation est de 4500 kWh/an, est donc d'environ 930 CHF.

Entre 1995 et 2006, les prix ont fortement diminué. Depuis, ils ont en partie légèrement augmenté, en raison essentiellement des coûts d'exploitation du réseau et des réserves d'électricité, ainsi que de la charge que représentent les taxes et les impôts. Les coûts de production ont suivi un autre schéma: ils ont fortement baissé au cours de ces dernières années. Grâce à cette situation, les prix sont restés globalement inférieurs à leur niveau de 1995. On ne peut pas en dire autant de tous les produits que nous utilisons dans notre vie quotidienne.

Electricity price

Source: AES
Base des données: AES 1990 -2009; ElCom 2010-2016


3. De quoi se compose le prix de l'électricité?

Le prix de l'électricité comporte trois éléments:

  • les coûts de production
  • les frais de réseau
  • les impôts et les taxes

Les coûts de production correspondent aux coûts de fabrication de l'électricité. Ceux-ci varient en fonction du type de production d'électricité et de centrale. La question de savoir s'il faut inclure ou non les coûts externes, les subventions de l'Etat et les impôts dans le calcul, et si oui dans quelle mesure est très souvent contestée sur le plan politique, il n'est donc pas toujours facile d'y répondre.

Les frais de réseau correspondent aux coûts de transport de l'électricité depuis la centrale jusqu'aux consommateurs. La règle est donc: plus le transport est long, plus les frais de réseau sont élevés. Le pourcentage des frais de réseau chez les particuliers est plus élevé que chez les entreprises, industries et grands distributeurs, plus proches du réseau à haute tension que les prises des particuliers aux niveaux inférieurs de réseau. Cela a aussi une incidence sur le prix global de l'électricité, qui est, par exemple, de 17,5 ct./kWh en moyenne pour les entreprises consommant 150 000 KWh par an et de 15 ct./kWh pour les clients industriels consommant 1,5 million de kWh.

Les impôts et taxes sont la troisième composante du prix de l'électricité: leur part a beaucoup augmenté ces dernières années. La hausse pour l'encouragement des énergies renouvelables (RPC), introduite en 2009, a été effectuée par étapes, de 0,6 ct./kWh à 1,1 ct./kWh, et atteindra en 2016 1,3 ct./kWh. Dans le cadre de la stratégie énergétique 2050, la limite supérieure légale de la RPC doit passer à 2,3 ct./kWh. L'augmentation progressive des redevances hydrauliques (2011 et 2015) ainsi que le recouvrement d'une contribution de renaturation depuis 2012 s'élèvent ensemble à 0,35 ct./kWh. Si on ajoute à cela toute la gamme existante des impôts, taxes, concessions, redevances hydrauliques et obligations de la Confédération, des cantons et des communes, on obtient une somme qui s'élève à un tiers du prix de l'électricité. Ce montant n'est pas toujours visible, si en fonction de la présentation utilisée, une partie des taxes est attribuée aux autres éléments composant le prix (par ex. les redevances hydrauliques sont affectées à la part de l'énergie). 

Mais si tous les impôts et taxes tombent dans cette catégorie, en 2016, le prix du kilowattheure (kWh) de courant domestique sera formé à peu près à égalité de ces trois composantes.
 

Composition of the electricity price

Composition du prix de l’électricité pour le courant domestique
Source: Alpiq 2015


4. Quels sont les effets du marché libre de l'électricité sur le prix?

Avec l'ouverture partielle du marché suisse de l'électricité depuis 2009, les clients consommant plus de 100 000 kWh peuvent choisir s'ils préfèrent acheter leur courant sur le marché libre ou rester dans l'approvisionnement de base. Les prix de marché suivent l'offre et la demande. Au début de l'ouverture du marché, ils étaient supérieurs aux prix de l'approvisionnement de base. Aujourd'hui, ils sont inférieurs. C'est pourquoi, jusqu'en 2015, environ un tiers des gros consommateurs ont choisi le marché libre. Cette évolution montre qu'une ouverture totale du marché avec le libre-choix du fournisseur pourrait également avoir des avantages pour tous les autres clients. Cette ouverture totale du marché est prévue pour 2018, si la votation populaire y est favorable (référendum facultatif).


Comparaison des prix de l'électricité en Europe
Les prix de l'électricité pour les ménages et les clients industriels en Suisse se situent dans la moyenne européenne. Le prix du courant domestique est en partie nettement inférieur aux prix pratiqués dans des pays comparables d'Europe occidentale. Le très onéreux soutien apporté aux énergies renouvelables a, par exemple, pour conséquence en Allemagne un prix du courant domestique d'environ 31 ct./kWh. Le pourcentage des taxes et impôts étatiques est de quelque 52% dans ce pays (www.bdew.de).

Une production nationale suffisante est le garant de prix avantageux sur le long terme
La capacité à produire suffisamment d'électricité dans le pays est un élément qui a un impact positif sur la formation du prix. La plupart du temps, la Suisse y est bien parvenue ces 50 dernières années – grâce au développement de l'énergie hydraulique et nucléaire. Elle a ainsi pu éviter d'onéreuses importations d'électricité et se protéger contre les goulots d'étranglement survenant au niveau international, tout en maintenant les prix de l'électricité à un niveau relativement bas. Est-ce que cela sera encore possible à l'avenir? Cela dépend de nombreux facteurs, dont notamment la future politique énergétique suisse.